TOUT EST SOUS CONTRÔLE

 

LE CONTRÔLE

Toute ma vie, j’ai cru que pour survivre, pour s’en sortir dans LA vie ; il fallait être en mesure de tout contrôler dans SA vie.

C’est comme ça que j’ai été forgé, c’est comme ça que LA VIE M’A FORGE.

 

Contrôle
PUISSAMENT IMPARFAITE ET ALORS…

Ce sont mots pour mots, les 1ers mots de ma conférence intitulée : “Puissamment imparfaite et alors…”
Une conférence dans laquelle je partage mon parcours et surtout un peu de mon histoire personnelle.

Pourquoi est ce que j’ai pris cette décision farfelue de parler de moi en public ?
Parce qu’il me semblait important de vous partager une prise de conscience qui a révolutionné ma vie.

 

LE CONTRÔLE, un besoin de sécurité

En effet, j’ai réalisé à l’aube de mes 40 ans que j’étais, sans le savoir, depuis mon enfance dictée par une croyance.

Une croyance issue d’une expérience vécue 30 ans plutôt et qui m’avait drivé pendant TOUTES ces années.
Une expérience pour le moins inattendue.
Une expérience particulièrement difficile pour la petite fille que j’étais.

Ce qui m’a fait me dire à l’époque :

Aie !! L’imprévu fait mal, TRES MAL.
Si je ne veux plus souffrir, c’est simple ; je ne dois plus laisser de place à l’imprévu dans ma vie.

 

C’était pour moi à l’époque, une façon d’affronter la situation.
C’était à l’époque, MA façon de survivre face aux évènements et d’aller de l’avant.

En effet, je n’avais pas le choix, il me fallait trouver une façon de me rassurer et d’avancer malgré cet aléas de la vie.

 

 

LE CONTRÔLE, une croyance

Et c’est tout naturellement que je me suis crée (inconsciemment, on n’est d’accord que je n’ai mis des mots sur tout ça que bien plus tard) une CROYANCE !!!

Et tous les jours, pendant toutes ces années, sans le savoir, je me suis accrochée à cette croyance comme à une bouée de sauvetage.

C’est elle qui me permettait de comprendre l’inexplicable.
C’est elle qui me permettait de justifier l’inexplicable.

Aussi au quotidien, je me suis appuyée sur cette croyance pour avancer :

L’INATTENDU, L’IMPREVU FAIT MAL

Pire, au quotidien, sans le savoir là non plus, je faisais tout pour donner raison à ma croyance (au détriment de mon identité), pour la valider, pour la nourrir, l’entretenir.

Sans quoi, je prenais le risque de faire effondrer mon château de cartes, de scier la branche sur laquelle j’étais assise.

 

LE CONTRÔLE, c’est un mode de vie.

Mais plus q’une simple expérience, q’une croyance ; le contrôle est devenu, pour moi,  au fil du temps, un vrai mode de fonctionnement, un mode de vie.

J’étais devenu, sans m’en rendre compte, une magnat du contrôle.

Pour ma paix de l’esprit, il me fallait anticiper les choses au maximum.
Pour être tranquille, je devais, dans toutes les circonstances, savoir où je mettais les pieds, ce que l’on attendait de moi, comment, où, pourquoi…

Mon comportement était conditionné par ces questions.

Je ne faisais rien, si je n’avais pas validé toutes les cases avant.

 

 

PERFECTIONNISTE, le must du contrôle

Et puis un jour, j’ai intégré le monde du travail et là, on m’a dit : wouaouh, toi t’es une hyper perfectionniste !!!

C’était le graal, la cerise sur le gâteau…
Ce que j’avais mis en place à l’époque comme mode de fonctionnement pour faire face à une situation, ce que j’avais assimilé pendant TANT d’années comme étant un mode de survie, venait d’être validé dans le monde du travail comme étant un vrai atout, comme une super qualité.

Alors oui, je suis devenue une perfectionniste.

 

HAUT NIVEAU D’EXIGENCES

Et comme j’avais une réputation à tenir, plus les années passaient et plus je devenais exigeante.

Je ne tolérais plus l’échec, je mettais la barre toujours plus haut et je ne relâchais plus la pression.

TOUT DEVAIT TOUJOURS ÊTRE PARFAIT.

J’étais, sans le vouloir ou du moins sans en avoir conscience, prise dans une spirale où je cherchais toujours à faire mieux, plus vite.

Je visais la perfection au quotidien.
Il fallait que je sois la meilleure dans tous les domaines.

Du coup, je passais mon temps à me comparer aux autres et à me challenger sur tout.

Résultat des courses, j’ai fini en surcharge mentale et en burn-out.

surcharge mental

Raison pour laquelle j’ai envie, aujourd’hui, de te partager, à toi qui liras cet article et qui te reconnaitras peut être dans ce que je viens de décrire, les 10 petites choses qui m’ont permises, non pas de sortir de mon perfectionnisme mais plutôt de mieux le gérer.

Le but étant de toujours avoir un haut niveau d’exigences mais sans stress, sans la pression qui va généralement avec.

 

Tu veux connaitre mes 10 astuces pour être PARFAITEMENT IMPARFAITE MAIS AUTHENTIQUE au quotidien ?

Clique sur le lien ci-dessous et partage ta solution sur le groupe Facebook “Parfaitement Imparfaites mais Authentiques” :

Télécharger (PDF, 4.53Mo)

Brigitte PAUSE Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *